cultiver de belles roses
Rosiers

Comment cultiver de belles roses dans son jardin ?

cultiver de belles roses
Vues
Potager City

Que ce soit chez soi en résidence privée ou en location, il est toujours agréable de trouver une portion de terre pour développer un jardin. En effet, cet espace verdoyant coloré par les diverses couleurs des fleurs et des arbres constitue un lieu de bien-être et de détente. De façon particulière, certaines fleurs comme la rose sont très appréciées dans les jardins, non seulement pour leur beauté, mais aussi pour le parfum qu’elles dégagent. Si vous souhaitez cultiver des roses dans votre jardin, découvrez dans cet article comment vous y prendre.

La préparation du terrain

image

Pour obtenir de belles roses comme celles de chez https://www.autourdelle.fr, il est essentiel que l’enracinement du rosier se fasse dans de bonnes conditions. Et pour cela, la préparation du terrain est une étape importante avant la mise en terre du plant. Souvent, il est conseillé que cet apprêt du sol se fasse une quinzaine de jours avant la mise en terre.

En général, l’apprêt du terrain consiste en un désherbage de l’espace réservé à accueillir les plants de rosier. Ensuite, il faut bêcher le sol de façon profonde (au moins 50 cm) afin de retirer tous les corps étrangers susceptibles de perturber le développement des racines.

Bien que le rosier soit une plante qui s’adapte à presque tout type de terre, il préfère les sols riches et bien drainés. Cependant, la plante ne supporte pas les terres présentant des conditions extrêmes : très appauvries ou trop humides. Ainsi, la préparation du terrain se fait en tenant compte de la nature du sol dont vous disposez.

Le terrain argileux

image 1

Il retient l’humidité et les divers apports nutritifs apportés, mais il peut devenir trop humide ou sec selon les saisons (pluvieuse ou sèche). De plus, ce type de sol est très collant et donc difficile à travailler. Si vous l’apprêtez pour la plantation des rosiers, il faudra alléger le sol en y mettant du sable brut, du fumier ou encore du compost. Si votre terre n’est pas calcaire, la dolomie lui sera bénéfique.

Le terrain sableux

Il est léger, facile à travailler, mais ne retient ni l’eau apportée durant l’arrosage ni les apports nourrissants. Durant le printemps, ce sol se réchauffe rapide, ce qui entraine son dessèchement accéléré. Pour y planter un rosier, il est essentiel que ce sol soit davantage tonifié en y ajoutant de l’humus qui est du compost fait de façon biologique.

Le terrain calcaire

À l’image du sol sableux, ce type de sol est facile à apprêter, mais se réchauffe vite au printemps. C’est un sol pauvre qui s’assèche en période estivale, alors qu’en saison hivernale, il devient boueux. Seul, il n’est pas très adapté pour produire de belles fleurs. Pour y remédier, il est indispensable de lui apporter environ 300 grammes de soufre poudreux par portion de mètre carré. Le compost et le terreau non plus ne seront de trop.

Le terrain humifère

Ce sol maintient assez bien l’humidité et pourtant il est léger et ne favorise pas un bon apport de substances nutritives aux plantes. Facile à apprêter pour la plantation, il est généralement acide et adapté aux plants comme l’hortensia, les érables japonais, le camélia, etc. Il nécessite un apport régulier de la fumure et de la dolomie afin d’atténuer l’acidité.

Le terrain franc

Ce sont des terres fertiles et assez faciles à travailler. Ses caractéristiques font de lui un sol presque idéal et adapté à la culture. C’est donc le sol par excellence pour une bonne culture des roses. Son entretien consiste simplement en un maintien de la fertilité en assurant un apport de fumier organique de façon annuelle.

La mise en terre

image 2

Les plants du rosier sont livrés dans divers conditionnements, et leur mise en terre se fera selon chacun d’eux.

La plantation du rosier à racines nues

L’automne est la saison idéale pour la mise en terre de ces plants. Commencez par retailler les bouts des racines et ceux des branches. Éliminez aussi les branches qui sont de trop et ne gardez que 3 ou 4 s’il s’agit d’un rosier buisson. Dans le cas d’un rosier grimpant, gardez 2 branches. Enfoncez les racines à l’intérieur d’un pralin, avant de le mettre en terre puis refermez délicatement avant de faire le buttage.

Le rosier livré avec une motte

Il se met en terre pendant la période hors gel. Avant la plantation, il faut juste mettre la motte dans l’eau durant une heure d’horloge. Ensuite, enterrez la motte sans retirer le filet et refermez le trou puis arroser, avant de butter.

Le rosier livré en pot

Le rosier livré en pot se présente en pots de différentes contenances à savoir : 2, 3, 5 litres et plus. Ce sont des plants prêts à être mis en terre. La seule précaution à prendre est de tremper le pot dans un seau d’eau dont la contenance sera en fonction de la grosseur du pot. Laissez le pot s’imprégner d’eau pendant une heure, avant de le retirer et de planter le rosier.

Laisser un commentaire